Bertrand Vergely

Introduction à l'éthique de la vie créatrice

Le Symbole

Retrouvez ICI un extrait de la conférence

Retour sur le cour précédent

Si on lit les Évangiles à travers l'hyper-existence, on a des chances de comprendre ce qu'il s'y passe.

Souvent, lorsqu'on parle de l'humanité du Christ, on en parle parce qu'Il souffre ou parce qu'Il est plein de tendresse. Bien sûr qu'Il souffre et qu'Il est plein de tendresse, mais attention, il y a à travers l'événement « Christ », un événement inouï que nous devons accueillir avec émerveillement et vénération infinis.

Rentrons dans l'approfondissement de la morale créatrice.

La morale n'est pas un phénomène social, c'est un phénomène vital qui vient de l'UN., le principe harmonieux ineffable qui tient tout en lui même.

La société vient de la morale et de ce principe d'Amour infini de Dieu, tout vient de l'Amour infini de Dieu qui s'exprime à travers nous.

 

La notion de vie :

En philosophie, il y a un débat sur le statut de la réalité qui oppose le matérialisme à l'idéalisme.

Le matérialisme consiste à dire que la réalité se trouve dans ce qui est sensible et matériel. La morale pour quelqu'un de matérialiste, c'est répondre aux exigences du corps et de la vie sociale.

Dans l'idéalisme, ce qui compte, c'est la pensée. Ce qui est réel c'est l'idée que l'on se fait des choses.

Dans un cas comme dans l'autre, les choses sont réduites à l'état de « moyens » pour servir les intérêts personnels ou sociaux.

Cette vision de l'existence est dépourvue de réalité et totalement dévorée par la mort. C'est la vision que l'on a tous les jours à la radio ou à la télévision où on ne parle que des aspects matériels de l'existence ou de la représentation que les individus en ont.

Cette vision est dévorée par la mort car si on interroge un individu qui n'a comme horizon que la matérialité ou sa représentation, on se rend compte qu'il n'a rien à dire de lui-même et de sa vie. Il n'a rien à dire qui procure une émotion, qui nous touche à l'intérieur de nous-mêmes et qui provoque une résonance poétique et mystique proprement libératrice.

 

Qu'est ce que la Vie ? Pourquoi la Vie et comment en parler ?

La caractéristique de la Vie c'est d'englober la matérialité et l'idéalité en allant plus loin.

C'est dans l'art que se manifeste cette caractéristique de la Vie. L'art transforme des éléments matériels en matière vivante et libre.

Lorsqu'on a une liberté capable de devenir une réalité et ainsi donner naissance à la création, on a affaire à la Vie.

 

Quand sommes-nous dans la réalité ?

Non pas lorsque nous parlons de la matérialité ou de sa représentation, mais quand nous sommes le sujet vivant capable de faire vivre quelque chose à partir de la matérialité ou de sa représentation.

La réalité se trouve donc dans le sujet vivant.

Chez Bergson, ce principe de vie permet d'éclairer la morale et la religion parce qu'il est capable d'englober les deux.

La morale et la religion, c'est l'histoire d'une liberté qui rentre dans la matière qu'est la société pour la transformer en société morale, puis en société religieuse et en société vivante allant au-delà de la morale et de la religion.

Pour Bergson la véritable expérience morale et religieuse va au-delà de la morale et de la religion pour s'accomplir dans la vie mystique qui est capable de tout embrasser dans son amour.

On ne comprend rien à la morale et à la religion tant qu'on pense que la morale est une règle extérieure, que la société nous impose, et que la religion est une forme de vie humaine et sociale qu'on nous impose.

Tout change lorsqu'on entre dans la Vie et que l'on arrête d'avoir à l'égard de la réalité une attitude utilitaire. On s’aperçoit alors, que la morale et la religion ne nous aident pas lorsqu'on en fait des moyens.

À l'inverse si je part de la notion de Vie et de l'expérience que j'en fait, je vais découvrir que la morale et la religion c'est moi, c'est ce que je vis.

 

Le souffle créateur.

Nous avons tous eu besoin des autres pour pouvoir satisfaire nos propres besoins, donc nous avons connu le sentiment social primitif fondé sur le besoin.

Nous avons tous connu l'obligation morale d'échange de services.

Nous avons tous connu des images héroïques qui ont guidé nos vies et auxquelles nous nous sommes identifiés.

Nous avons tous connu la dimension de respect.

Nous avons tous connu le moment où nous passons du héros au Dieu et où nous percevons des forces autour de nous.

Et nous avons peut-être commencé à deviner qu'il y avait quelque chose qui allait encore plus loin que la mystique et qui est le souffle créateur.

 

La vie Chrétienne.

Je pense que cette notion de Vie permet de comprendre ce qui est en jeu dans la vie chrétienne.

Le Christ n'a pas dit « Je suis la morale » ou « je suis la religion », Il a dit : « Je suis la voie, la vérité et la vie ». Il a dit cela pour nous donner une méthode, un moyen d'aller dans une relation juste avec la réalité.

Le Christ nous révèle que la vie humaine est appelée à devenir infiniment plus vivante. Il est le révélateur de la réalité à un niveau cosmique. C'est pourquoi Il est fondateur de la vie universelle au point que tout est daté à partir du Christ.

Le Christ est le passeur entre la vie réelle dans laquelle nous somme et la vie à venir. Nous sommes en Christ lorsque nous nous laissons inspirer par la grâce de la vie infinie qui nous fait entrevoir Dieu comme source de toute création.

Lorsque je part du souffle créateur et dynamique qui habite toute choses et de l'expérience que j'en fais, je me rend compte que chacun porte en lui cette vie infinie.

 

La pensée de Nicolas Berdiaiev

C'est une pensée de la vie qui l'amène à la pensée de Dieu et du Christ.

Berdiaev est un philosophe qui est passionné par la vie, pour cela, il rejoint le mouvement révolutionnaire afin de réaliser cette passion de la vie sur le plan social.

Il s'engage dans le mouvement révolutionnaire avant de dépasser ce mouvement en se rendant compte que le révolutionnaire qui fait la révolution sur un plan politique demeure un bourgeois. C'est à dire quelqu'un qui réduit la vie à lui même et à son confort, et qui ne respecte pas le souffle de vie qui est à l'origine de son désir révolutionnaire.

En fait, la plus grande révolution, c'est la révolution spirituelle qui est de prendre conscience du mouvement de la vie infinie, de vivre ce mouvement et de le faire vivre en soi à travers une rencontre avec Dieu et avec le Christ.

Le Christ permet de réaliser cette vie infinie en l'incarnant et en étant le prototype de l'humanité vivante. À ce moment là, nous avons affaire à une morale créatrice

 

Qu'est ce qu'une morale créatrice ?

C'est une morale qui va organiser une vie sans passer par le violence, le jugement et la culpabilité.

Lorsque nous sommes passionné par quelque chose, il n'y a pas besoin de règles et de répression pour pouvoir être ordonné avec nous-mêmes et avec les autres. L'Amour infini, que nous portons en nous et qui nous porte, suffi à nous guider.

La morale n'a pas besoin du mal et de la violence contre le mal pour exister. Un certain nombre de personnes pense que la morale consiste à lutter contre le mal et à faire mal au mal en étant violent à l'égard du mal.

Pascal disait :  «  la vraie Morale se moque de la morale ».

La vraie Morale procède uniquement du sens de la Vie infinie et de l'amour de cette Vie infinie.

 

Le Christ dit : « Je suis la voie, la vérité et la vie »

Lorsqu'Il prononce cette parole, le Christ révolutionne la vie morale et religieuse. Il introduit le véritable principe moral et religieux qui n'est ni moral ni religieux mais qui va au-delà de la morale et de la religion.

Le Christ n'est pas venu apporter une morale ou une religion, il est venu apporter la Vie et faire en sorte que nous soyons dans la vie.

Lorsque l'on pense qu'il y a Vie parce qu'il y a morale et religion, on est obsédé par la lutte contre le mal. La vérité c'est qu'il y a morale et religion parce qu'il y a Vie.

 

Le Symbole

Il importe de relier cette dimension de la Vie avec la dimension du symbole et de la personne. Pour Berdiaev, la Personne c'est la réalisation de la Vie consciente d'elle-même d'une manière libre et créatrice. La Vie vivante et la Personne c'est la même chose.

Nous pensons que l'homme est un produit de la matière et de la biologie. Cette vision ne « vit » pas l'homme et elle ne permet pas de comprendre que l'homme est la manifestation de la Vie. Dans cette vision des choses, la Personne n'existe pas. Chez Bergson, la Personne est la clef de tout et le Christ est venu révéler la Personne.

Si le Christ est le Dieu qui s'est incarné, il ne s'est pas incarné pour sauver le monde ou détruire le mal. Le Christ est incarné de toute éternité et Dieu est présent au cœur de la matière et de la vie. La matière, la vie et l'homme sont le symbole de la présence créatrice de Dieu.

Un symbole est une image visible d'une réalité invisible. Berdiaev dit que ce que nous voyons et ce que nous vivons est, dans l'intime, la manifestation de la Personne divine.

 

La sainteté

Tout a été fait à l'image de Dieu et le Christ est présent en chaque chose et en chaque être. Si je deviens une personne, je vais faire vivre Dieu en moi, je vais devenir Christ et je ne vais plus parler de la matière mais de la Vie.

La sainteté est la capacité d'être une Personne et d'être dans un rapport extraordinairement personnel avec tout. Les grands saints ont souvent été au contact d'animaux sauvages et ces animaux étaient doux comme des agneaux car ils étaient devenus une personne aux yeux du Saint. Le Saint qui était devenu une Personne faisait vivre la Personne qui était dans les animaux.

 

La nouveauté apportée par le Christ.

Sortons de l'idée que le Christ est venu apporter la victoire du bien sur le mal car cette vision tue le christianisme. Cela le ramène à une religion et à une morale primitives.

Ce qui est nouveau avec le Christ c'est une manière vivante, créative et personnelle de voir les choses. Pour apporter la Paix et l'Amour, ne passons plus par le combat du bien contre le mal. Si le christianisme est une morale qui nous propose la victoire du bien sur le mal, le Christ est venu pour rien.

Mais si le Christ est la manifestation de la Vie infinie et l'ouverture sur ce que signifie la Personne comme centre de l'univers, ainsi que l'univers et la vie comme symbole de la Personne, alors tout l'avenir nous est ouvert.

Nous avons fait un grand pas vers une vision des choses sous un angle créateur et personnel.

 

Pensez à vous inscrire à notre newsletter pour recevoir chaque cours dès sa publication.

PS. Si cet article vous a plu et si vous pensez que cela peut intéresser d'autres personnes, cliquez sur «j'aime» et partagez le, merci :).

Widget is loading comments...
 

 

Cours de théologie morale par Bertrand Vergely

                 Introduction à                 l'éthique de la vie créatrice

 

retrouvez les 12 vidéos grâce à votre mot de passe

aller

s'inscrire

mot de passe oublié ?

 

Les articles les plus lus :

À quoi sert tout le reste si vous ne vous connaissez pas ?

▪ Ho'oponopono, les 4 mots "magiques".

▪ Comment une petite pierre pourrait vous rendre riche


Une véritable formation en 24 leçons

"le Système clef universel du succès" de Charles Haanel

Apprenez à utiliser le pouvoir de la pensée dans la vie quotidienne

Restons en contact